Cinémas

Les cinémas municipal Le Chardon à Gannat et communautaire Clap ciné à Saint-Pourçain sur Sioule vous proposent une programmation de films hebdomadaires variés.

Clap Ciné / @E. Gennetay

Clap Ciné – Saint-Pourçain-sur-Sioule

Mono-écran de 264 fauteuils

Accessibilité PMR

Films proposés en version française et en version originale sous-titrée.

Le Chardon – Gannat

Mono-écran de 131 fauteuils

Accessibilité PMR

Cinéma classé Art et Essai, label Jeune Public

Films proposés en version française et en version originale sous-titrée.

Le Chardon / @E. Gennetay

Le coup de cœur ciné du mois

Le Mal n’existe pas

Takumi et sa fille Hana vivent dans le village de Mizubiki, près de Tokyo. Comme leurs aînés avant eux, ils mènent une vie modeste en harmonie avec leur environnement. Le projet de construction d’un « camping glamour » dans le parc naturel voisin, offrant aux citadins une échappatoire tout confort vers la nature, va mettre en danger l’équilibre écologique du site et affecter profondément la vie de Takumi et des villageois…

Pourquoi il faut voir ‘‘Le Mal n’existe pas’’ ?

Le Mal n’existe peut-être pas, mais les grands cinéastes si ! Ryūsuke Hamaguchi, en signant les excellents Drive my car (2021) et Contes du hasard et autres fantaisies (2022), s’imposait comme un cinéaste important de sa génération. Avec Le Mal n’existe pas, il devient assurément un des meilleurs.

Né d’une collaboration avec Eiko Ishibashi (la compositrice à l’origine de la bande originale de Drive my Car) Le Mal n’existe pas annonce, toujours avec la poésie du cinéaste japonais, un tournant dans la carrière de Hamaguchi. Ici, on quitte l’urbanisme pour la campagne, le béton pour la forêt, les non-dits sentimentaux par les actes physiques.

Après une première partie plus contemplative, où Hamaguchi nous donne à voir le quotidien de Takumi (un quotidien d’homme à tout faire, rythmé par des agressions sonores, des discussions sur le projet de « glamping », ou des balades en forêt), le cinéaste change totalement son cinéma, ne laissant plus ses influences le brider. C’est lorsqu’arrive les représentants de la société tokyoïte responsable de ce projet non désiré par les ruraux que la tragédie se lance pleinement, interrogeant l’humain, sa noirceur, et sa relation à la nature. Discussions publiques et tentatives de rapprochement avec les ruraux seront de la partie : tous les coups sont bons pour réussir à implanter le projet, même si celui-ci menace la santé des villageois. Jusqu’à son dénouement aussi imprévisible que génial.

Le retour et le renouveau d’un cinéaste, pour l’un des meilleurs films de l’année.


Séances

Clap Ciné à Saint-Pourçain-sur-Sioule : Séances en version originale sous-titrée, le dimanche 12 mai à 20h30, et le lundi 13 mai à 18h

Le Chardon à Gannat : Séances en version originale sous-titrée, le mercredi 1er mai à 18h15, le samedi 04 mai à 18h15, et le mardi 07 mai à 20h30

Revenir en haut de page